To all of you, the twenty-something here. Un des buts de la vie, c’est de savoir ce qu’on va en faire. Mais quoi, quoi donc? La plupart du temps, on sait ce qu’on n’a PAS envie de faire, ce qu’on aime pas.

Je sais que voudrais un melange de science, outreach, montagnes, froid, ski, art (que le premier qui a une idee precise a 24 ans me jette la pierre). Le resultat de cette tres precise addition d’envies confuses, c’est un sentiment bizzare que vous avez identifie et qui ne vous quitte jamais longtemps. Comme chercher LA paire de skis, et la trouver. Tout se met en place. Alors qu’est ce qui se passe quand vous trouvez l’endroit/les gens/l’ambiance qui repond a vos aspirations? (parce que oui, ca arrive) C’est un peu ce qui m’est arrive a Girdwood-Alyeska.  Tout s’est conjugue pour faire en sorte qu’apres deux semaines qui font partie de mon top 5, je suis malheureuse comme les pierres d’etre rentree! C’est le syndrome post-colo. Vous savez qu’en realite la vie n’est pas toujours aussi cool, simple…Et pourtant…

I met a lot of friendly, welcoming people, the kind you are quickly comfortable with. Je n’ai jamais autant parle science, climate change, outreach qu’a Girdwood. Un membre des Chugach Powder Guide m’a emmenee chasser le methane sur la Seward Highway. Un pilote de supertanker m’a appris a skier sur la glace. Un ex champion de slalom m’a appris comment rider la poudreuse. J’ai parle nomadisme avec un American Indian, mode avec des russes, climat encore avec d’autres…

Et un de mes secrets inavouables, c’est que j’ai toujours eu une admiration sans bornes pour les skibums. Une espece inaccessible. Or I thought so! Je me suis integree dans la troupe aux frontieres troubles. La consecration c’est quand j’ai gagne une course contre un skieur du coin avec des skis superfat, quand les liftees gave me high five, quand j’ai skie avec Scott des Powder guides, avec l’ex champion de ski et d’autres…Sans trop galerer sur les pistes en plus.

Je suis comme une gosse la bas. C’etait extra. Je me verrais bien vivre la bas. Bon en attendant je suis de retour a fbx, et je me vois mal expliquer a mes amis d’ici qu’etre revenue me plait moderement! Pas de confusions, j’adore mon job, et j’aime l’alaska. Mais legerement frustree de vivre une aspiration de toujours et de devoir tout arreter. En plus il faut que je demenage demain! Faut que je vois comment gerer ces emotions. En allant skier?

Andy, Rick, Alex, Scott, John, Tim, Dave, Solvey, Maya, Nicolas and the others…Thanks!

 

DSC01756   DSC01825DSC01754DSC01832 image DSC01853

C’est ma revanche. On peut avoir un depart assez pourri , et quand meme vivre des trucs supers.